20/12/2006

1ère Vraie expédition moderne...

Des dernières nouvelles de nos deux filles en Amazonie.

molokoï 16

 

Nous n’avons pas vu le jaguar.

layon1

 

             Nous n’avons pas bien dormi cette nuit là. Justine a été réveillée vers minuit par le cri désespéré d’un arbre qui tombait, tandis que le sommeil profond me fuyait jusqu’au levé du jour.

molokoï4

            Le réveil a sonné à 8h, et une heure et demie plus tard, nous repartions pour 4 heures d’une marche qui devait être moins physique que la veille. Pourtant, les premières centaines de mètres nous ont fait  douter, car juste après la clairière commençait une bonne montée jusqu’au sommet du mont Cacao. Et pour plus accroître le plaisir, le ciel nous a gratifiées d’une belle averse qui a cessé dès que nous sommes arrivées en haut.

            Au sommet, la forêt nous a réservé d’autres émotions : précédé d’un petit crac bref, une branche grosse comme mon bras tomba au sol à quelques mètres devant nous. Nous l’avions échappé belle car il n’y a pas grand-chose à faire pour se prémunir des chutes de bois si ce n’est de réagir à chaque craquement.

molokoÏ 6

 

            La suite de la randonnée s’est déroulée sous la chaleur du soleil montant au zénith. Chaque crique était une occasion de  prendre un instant pour se rafraîchir. Quelques gorgées d’eau purifiée, un peu de celle de la crique sur le visage et dans la nuque et c’était  reparti.

            Sur la fin, nous avions peine à enjamber les racines et chablis, alors, lorsque nous avons entendu des voix et le ronronnement d’un groupe électrogène tout proche, la flamme s’est rallumée en nous. Pourtant, nous n’étions pas encore arrivées au village de Cacao. De la forêt à la sortie du bourg, il nous fallait encore marcher deux bons kilomètres avant de poser les sacs et tendre le pouce.

molokoï 9

 

            L’auto-stop fait partie de l’excursion, dans la mesure où  aucun bus ne permet de retourner à l’auberge des orpailleurs. Nous avons eu de la chance, moins d’une minute après nous être arrêtés au panneau de sortie du village, un hmong nous a invité à grimper dans son pick-up Toyota.

            En descendant du pick-up à l’auberge, nous pensions en avoir fini avec les sensations fortes pour la journée. C’était sans compter sur l’aubergiste, qui m’a demandé gaiement si nous n’avions pas aperçu le jaguar qui réside dans ces bois…Non, nous n’avons vu que des grenouilles et une petite tortue denticulée, et c’était sûrement aussi bien comme ça.

molokoï 4

Si vous voulez suivre la suite de l'aventure: 2 filles en amazonie

03:49 Écrit par Alain dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.